Derrière la création

Pour apprécier le travail magistral d’une œuvre cinématographique, il est impératif  de pénétrer l’univers de l’auteur. Ces articles, rédigés par Monsieur Jean-Philippe Costes, critique international du cinéma, mettent en lumière la vision et l’expression de ces grands réalisateurs qui ont donné un sens à leur création et marqué le monde par leurs travaux. Ces dossiers ont pour but de lever le voile sur l’essence même d’une œuvre cinématographique et son réalisateur qui sont considérés plus souvent qu’autrement comme une machine à produire de l’argent.

Nous vous présentons les articles suivants :


MelGibson1.jpg

Mel Gibson - Cinéaste ou le Démon de la mauvaise foi
Jésus recommandait à ses fidèles de tendre la joue gauche quand on leur frappait la joue droite. Cet enseignement, Mel Gibson a eu tout loisir de le mettre en pratique. Les deux longs-métrages qu’il a réalisés entre 2004 et 2006 lui ont ainsi conféré les titres peu glorieux de Saint Patron de la violence gratuite et de prophète maudit de la haine du genre humain -  haine dont les Juifs seraient les premiers exutoires.
      Membre          Article complet illustré : Mel Gibson - Cinéaste ou le Démon de la mauvaise foi


ClintEastwoodSept10TIFF.jpg

Clint Eastwood - Le vengeur démasqué
N’en déplaise à ceux qui voient en lui le champion de la violence et de l’arbitraire, Clint Eastwood est le chantre de la Justice et de l’Equilibre. D’Un frisson dans la nuit à Gran Torino, toutes ses réalisations en ont administré la preuve. 
      Membre          Article complet illustré : Clint Eastwood, le vengeur démasqué


johnhuston.jpg

John Huston - L'homme qui voulu être libre
Les œuvres de John Huston forment un dédale impressionnant. Commencé en 1941 avec Le Faucon Maltais (The Maltese Falcon), ce labyrinthe cinématographique s’étendit en effet jusqu’en 1987, date à laquelle le réalisateur Américain employa ses dernières forces à tourner Gens de Dublin (The Dead). 
      Membre          Article complet illustré : John Huston - L'homme qui voulu être libre


Joseph_Losey.jpg

Monsieur Klein ou le bréviaire du Totalitarisme
Sorti en 1976, Monsieur Klein est, pour ainsi dire, l’enfant prodige de trois artistes d’exception. En tant que producteur du film, Alain Delon fut le principal instigateur de leur rencontre. Cependant, ce n’est pas lui faire injure que de laisser entendre, avec le recul de l’Histoire, que cette brillante association relève plus sûrement de la destinée que d’une simple initiative individuelle. 
      Membre          Article complet illustré : Monsieur Klein ou le bréviaire du Totalitarisme